Translate

mardi 3 mars 2015

Terreur : un monde qui bascule


L’horreur absolue, la violence sauvage, quel délire de quel meurtrier mythomane ! Quel aveuglement, quel dépassement de soi sauvage et froid des exécutants ! Que s’est-il passé avec ceux-là pour qu’ils en arrivent là ? Comment croire que pour faire la félicité des hommes il faille commencer par les martyriser pour enfin les sacrifier ? Quelle est cette raison supérieure qui justifie les meurtres ? Raison d’Etat ? Raison de Dieu ? Peut-il subsister en notre monde cette sorte de raison ? Quelle offense demande la vie de personnes innocentes pour vengeance ?
Quel terrible fossé a-t-on creusé entre les peuples, quelle humiliation avons-nous pu infliger à ce reste du monde pour qu’il produise cette haine meurtrière des valeurs, des idées et des hommes ? De quelle nature est cette terrible addition payée hier par le peuple américain, aujourd’hui par la famille de Charlie, la police et les autres victimes. Quels crimes ont pu commettre nos dirigeants qui exigent un tel massacre pour réparation ? Oh, sans doute rien de plus que ne l’exigeait la raison d’Etat et la défense des intérêts nationaux dans le monde. Jamais, les peuples américains ou français n’ont été consultés sur le détail des opérations. Ils ne peuvent à aucun moment être tenus pour responsables. Une fois la douleur et la rage passées, on ne pourra faire l’économie de l’analyse des causes profondes de cette escalade dans l’horreur.
Les personnes qui ont commis ces meurtres n’avaient plus d’espoir en ce monde. Martyrs et victimes coupables de l’obscurantisme qui a rongé leur raison. Ils servent une cause religieuse attachés comme des chèvres à la charia, ils servent Dieu, le paradis est à eux. Derrière eux se dessinent les véritables monstres dont le but est politique et le calcul froid. Vénérés comme des Dieux, fascinés par leur pouvoir à ordonner la mort, chanceux comme les crapules, gourous de sectes obscures. Ils veulent étendre leur dictature. La terreur ou l’adulation, voilà le choix qu’ils proposent, le chaos est leur but. Là dans cette misère mystique ils recrutent des âmes qu’ils vouent aux enfers en leur vantant le paradis. Ils ordonnent et organisent les boucheries et festoient sur les cendres. Mais derrière eux, quelles sont ces ombres qui financent, entraînent, organisent, hébergent ? Qui compose les diasporas ? De quels relais d’opinion disposent-elles ? Comment cohabitent-elles avec les mafias des armes et des drogues ? Enfin, comment ceci se transforme en commandes à de respectables fabricants d’armes ? Armes que l’on retrouve partout, modèles et caractéristiques sur catalogue. 
Nous sommes en guerre, sans l’avoir déclarée, face à des ennemis de l’ombre. Nous serions plus forts si nous étions nous-mêmes plus vertueux. Quel est cet obscur islam qui a ordonné la guerre sainte ? Quels sont les rôles de tous ceux qui à travers le monde ont vu leurs positions basculer à la chute de l’URSS ? De ces troupes de la terreur, où sont passés les soldats, sont-ils tous repentis ? Et nous-mêmes, vertueux démocrates, dans quelle mesure utilise-t-on ces circuits de l’ombre à des fins peu avouables et tenues secrètes ?
Le déséquilibre se précise. Les anti-mondialistes ont aussi leurs fanatiques. Comment ressentent-ils les événements ? Tous ceux qui à travers le monde ont fait le choix de la violence, qui haïssent nos sociétés, parce qu’elles polluent, parce qu’elles sont injustes, parce qu’elles exploitent, tous ceux-là qui se sentent invulnérables parce que leur cause est juste, finiront par comparer les morts, une âme pour une âme, le tribut que paie le reste du monde est beaucoup plus lourd si l’on compte les morts de faim, de génocides, les enfants ouvriers, les enfants soldats… sans compter toutes ces espèces qu’on assassine?
Bientôt les larmes sécherons, l’émotion allégera son étreinte, la fatigue petit à petit s’estompera dans le quotidien, la peine succédera au désespoir. Que faire alors ?
Va-t-on attendre le jour où d’escalades en escalades partout dans le monde les musulmans soient persécutés, à la merci de la vindicte populaire et qu’ils persécutent en retour ? Ce jour-là, les monstres auront gagnés. 
Ne ratons pas cette opportunité historique d’unir ceux qui refusent la violence et sont prêts à lutter contre toutes formes de terreur. Comptons-nous, nous sommes des milliards, les autres ne sont que milliers. Supposons que demain, les membres du G20 décident de ne plus échanger d’armes qu’entre eux. Que ces pays activent leurs réseaux pour acheter les stocks disponibles et démanteler les filières. Il ne restera sur le marché que les dictatures et les mafias. Les ennemis, alors, se présenteront d’eux-mêmes. Parallèlement, recrutons des volontaires issus des armées des différents pays et formons des bataillons internationaux sous l’égide de l’ONU, dotés de l’armement le plus sophistiqué que l’on puisse imaginer, qu’ils s’interposent efficacement entre les belligérants, protègent les civils et les biens. Ils seront les justes. 
L’intérêt supérieur de la liberté exige une collaboration sans faille. Nous sommes en guerre !
Naïveté que tout ceci ! Peut-être, peut-être pas ? Cela dépend de nous citoyens du monde. Ne cédons pas devant l’universalité du principe de la liberté d’expression ! Mais seuls des membres des peuples réunis en assemblées, par la création de « Troisième chambre », face à leur conscience peuvent défendre efficacement ce principe et qu’enfin, la raison ordinaire supplante les raisons des Etats. On nous impose la guerre, il faut que nous soyons forts de notre cause qu’elle rallie les âmes pures, terrorise les méchants et anéantisse le Mal !
"La troisième chambre au XXI siècle" Editions Diagnostic & Systems

Aucun commentaire:

Publier un commentaire